Insolite Bâtisseur Philippe Roméro

C.I.E.L.O : des jeux pour bien grandir
Accueil > Actualités > C.I.E.L.O : des jeux pour bien grandir

C.I.E.L.O : des jeux pour bien grandir

protection de l enfance | 24 octobre
C.I.E.L.O : des jeux pour bien grandir

Le jeu est un droit pour l’enfant. En 1986, les Nations Unies complètent leur traité fondamental, la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant, avec l’article 31, énonçant le droit pour eux de jouer et de s’adonner à des activités récréatives librement.

Se divertir est en effet un facteur clé du développement cognitive, affectif et physique d’un jeune. « Jeu après jeu, l’enfant devient « je » » explique notamment la psychiatre Claire Arnaud-Gazagnes.
Pourtant, le respect de ce droit essentiel n’est pas une réalité partout.
La Bolivie, l’un des pays les plus pauvres d’Amérique du Sud, où les enfants représentent 1/3 de la population, n’est pas épargnée par ce fléau. Confrontées à de graves problèmes de précarité , les familles boliviennes et par conséquent leurs enfants, sont obligés de faire l’impasse sur le jeu et ses bienfaits.
La Coopération Internationale pour les Equilibres Locaux (C.I.E.L.O) œuvre depuis 1995 à l’éducation des enfants par le jeu et le sport, dans les pays en développement dont la Bolivie.
Cette année, la Fondation Insolite Bâtisseur Philippe Roméro soutient C.I.E.L.O pour un projet de malles ludiques itinérantes dans le quartier défavorisé d’El Alto, proche de La Paz et dans la ville de Potosi située plus au sud du pays, à 10 heures de la capitale. Les malles contiennent des jeux d’apprentissage variés et de qualité et sont utilisées comme support éducatif dans neuf écoles primaires touchant ainsi 160 élèves par mois et créant deux emplois partiels de monitrices spécialisées.
Les jeux éducatifs proposés par C.I.E.L.O en 2018 ont permis de renforcer les valeurs citoyennes comme le respect d’autrui, le respect des règles et du jeu, l’entraide et le partage de plus de 1 205 élèves d’origine Quechua et Ayamara. Grâce aux malles itinérantes, les enfants les plus démunis vivant dans des zones reculées peuvent se développer dans un environnement sécurisant et propice à l’échange.

Pour en savoir plus